Comment puis-je revenir à un autre accord de garde ?

0

La garde partagée

fait des enfants et des adolescents une priorité absolue, en se souciant de la participation et de la contribution des deux parents de manière unanime et équilibrée. La garde partagée vise à protéger pleinement l’intérêt supérieur de l’enfant, car elle reflète, beaucoup plus fidèlement, la réalité de l’organisation sociale actuelle qui se dirige vers la fin des divisions rigides des rôles sociaux définies par le sexe des parents. »

A découvrir également : Comment rédiger une lettre d'excuses ?

STJ, ResP : 1251000 MG 2011/0084897-5, Rapporteur : Ministre NANCY ANDRIGHI. Ce que vous devez savoir au sujet de la garde partagée

Bref historique sur la garde partagée

aucun doute, la garde partagée est un outil qui donne de l’efficacité à la personne humaine et à la famille. Une belle réussite pour la société Sans .

L’ordre juridique a reconnu, aux fins de la définition de la garde, les enfants et les adolescents comme une priorité absolue, comme leurs intérêts, ce qui est le mieux pour leur éducation et quelle devrait être la contribution des parents, ce qui souligne la nécessité de leur participation de manière équilibrée.

A lire aussi : Comment puis-je contacter un enseignant par e-mail ?

On peut dire que les raisons de réglementer la garde partagée cherchaient à éviter la pratique de l’aliénation parentale, ainsi que l’utilisation d’astuces pour empêcher les contacts entre parents et enfants comme forme de vengeance personnelle.

texte présentera tout ce que l’avocat doit savoir sur la garde partagée, à la fois les enfants et les animaux de compagnie Le (les nouveaux enfants de nombreux couples), en mettant l’accent sur son rôle très important dans le succès de cet outil qui ne fait qu’aider la société à former des citoyens.

Tous les membres de la famille ont une participation très importante. Cependant, plus encore, il est nécessaire de modifier le profil des parents après la séparation/le divorce. Ils devront restructurer, mûrir, faire des concessions et des ajustements pour répondre à l’intérêt supérieur de l’enfant.

Tout se fait ensemble (…). Devant le magistrat qui dirige le travail et cherche à maintenir le dialogue et entre les ex-époux, toutes les lignes directrices sont établies que les deux conjoints se conformeront conjointement afin que leurs enfants ne subissent pas les conséquences d’une séparation ou d’un divorce ». Directives imposées par les articles 1 583 et 1 584 du Code civil, et par lesquelles le juge cherche à informer les parents sur le sens de la garde partagée, son importance et la symétrie des devoirs et des droits attribués aux parents et les sanctions en cas de non-respect des clauses, et si néanmoins il n’y a pas de franchise L’exercice conjoint de la garde peut être contrarié, mais un avantage supplémentaire apporte la nouvelle législation en admettant la révision de la garde et en la transformant en unilatérale, voire en la confiant à un tiers, afin de fournir à l’enfant des intérêts qui n’étaient pas respecté par les parents ».

OLIVEIRA, José Sebastiao de. À MADALENO, Rolf. Cours de droit de la famille. 4e éd. current rev. et ampl. Rio de Janeiro : Maison d’édition Forense, 2011, p. 308. Pour mieux comprendre le sujet, il est nécessaire de comprendre ce qui est conservé et d’en distinguer les types.

Qu’est-ce qu’un garde ?

Dans le Statut de l’enfant et de l’adolescent, nous trouvons les principes fondamentaux de la protection de l’article 33 de la loi sur l’enfance et l’adolescent :

La garde oblige à fournir une assistance matérielle, morale et éducative à l’enfant ou à l’adolescent, ce qui donne au titulaire le droit de s’opposer à des tiers, y compris les parents. »

En d’autres termes, la garde consiste à offrir aux enfants et aux adolescents une vie de qualité qui leur permette de devenir citoyens.

Il s’agit de reconnaître chez les enfants et les adolescents un être humain dont la dignité doit être protégée . Pour cela, la personne qui détient la garde d’un enfant ou d’un adolescent, ses parents ou tuteurs, a besoin exerce le pouvoir familial.

Types de garde

En ce qui concerne la garde des enfants, nous trouvons deux formes dans la loi : la garde unilatérale et la garde partagée.

La garde unilatérale est une garde dans laquelle la responsabilité – droits et devoirs de protection – pour l’enfant et l’adolescent est exclusive à l’un des parents.

Dans la garde partagée, cette responsabilité, l’exercice du pouvoir familial, est exercée par les deux parents de manière équivalente, même dans deux foyers différents.

Comme le souligne la loi, « en garde partagée, le temps passé avec les enfants doit être réparti de manière équilibrée entre la mère et le père, en tenant toujours compte des conditions pratiques et des intérêts des enfants » (§ 2, art. 1583 CC).

En plus de cela, il est important d’apporter d’autres types de garde qui existent et qui peuvent également être appliqués, en raison de l’absence d’interdiction cool.

Garde en alternance

En cas de garde alternative, la garde unilatérale est exercée en alternance pour les deux parents tant qu’ils ont l’enfant ou l’adolescent sous leur garde.

Le temps peut varier selon les souhaits des parents : quotidien, hebdomadaire, mensuel, trimestriel ou annuel. Sa particularité est que, pendant que l’enfant est avec le parent à ce moment-là, la responsabilité du mineur incombe uniquement à lui.

Dans ce type de garde, il finit par élever « le fils du routard », et pour cette raison, il n’a pas été bien accueilli par la loi brésilienne. Ce gardien est très confondu avec le gardien partagé , mais comme on peut le voir, ils sont très différents.

Garde statutaire

La garde légale aura lieu en cas d’absence, d’omission ou d’abus de la part des parents ou des tuteurs, entraînant la perte du pouvoir familial, l’enfant étant placé dans la famille substitut .

Enregistrer par imbrication

La garde par nidification ou par nidification est celle dans laquelle les parents quittent la maison et reviennent à des périodes prédéterminées afin que l’enfant ne subit pas de changements dans sa routine, toujours sous surveillance.

La garde partagée est surtout celle qui sert le mieux les intérêts de l’enfant et, par conséquent, elle est devenue la règle générale.

La loi de la garde partagée

Jusqu’en 2008, la règle générale était que la garde des enfants serait accordée à un seul parent, celui qui était le plus en mesure de s’occuper de l’enfant. La plupart du temps, maman.

Avec le changement de profil familial et la participation plus active des deux parents, une nouvelle façon de définir la garde des enfants émerge : une garde qui pourrait être partagée entre les deux parents .

Ainsi, le Code civil est mis à jour avec l’avènement de la loi n. 11.698, du 13 juin 2008. Toutefois, l’application posait encore des difficultés.

Il a été très confondu avec l’institut avec la garde alternative, ce qui, selon les experts, n’est pas du tout bénéfique pour l’enfant, car l’idée du routard est créée, perdant l’essence de la famille et créant une confusion sur l’autorité parentale, les habitudes, les valeurs et le niveau de vie.

Par conséquent, le 22 décembre 2014, la loi 13.058/2014 a été promulguée, qui a modifié les articles 1 583, 1 584, 1 585 et 1 634 de la loi 10 406 du 10 janvier 2002 (Code civil), afin d’établir le sens de l’expression « garde partagée » et de prévoir son application.

Immédiatement efficace, bien que modeste, il a apporté un changement essentiel au droit de la famille.

Comme le soulignent Braga et Drummond :

La nouvelle loi de la garde partagée émerge dans le but d’éliminer l’égoïsme et la passionnalité qui découlent souvent de une séparation, une garde partagée, apparaissant dans ce scénario comme un moyen de maintenir une relation saine entre les acteurs du noyau familial déconstitué. »

En plus d’établir le concept de garde partagée, il apporte des modifications importantes aux articles 1 583, 1 584, 1 585 et 1634 du Code civil, ce dernier mettant particulièrement l’accent.

Bien que le contenu de cet article ne traite pas seulement de la garde partagée, il définit et présente la manière dont les parents doivent exercer pleinement le pouvoir familial , soulignant que cela devrait se produire pour les deux parents, quel que soit leur état matrimonial.

Les parents doivent :

I – la création directe et l’éducation en leur faveur ; II – exercer la garde unilatérale ou partagée en vertu de l’article 1 584 ; III – leur accorder ou leur refuser le consentement au mariage ; IV – leur accorder ou leur refuser le consentement à voyager à l’étranger ; V – leur accorder ou refuser leur consentement à voyager à l’étranger ; V – leur accorder ou leur refuser consentir à changer de résidence permanente à une autre municipalité ; VI – les nommer tuteur par testament ou document authentique, si l’autre parent ne lui survit pas, ou si le survivant ne peut pas exercer le pouvoir familial ; VII – les représenter judiciairement et extrajudiciairement jusqu’à l’âge de seize (16), dans les actes de la vie civile, et les assister, après cet âge, dans les actes auxquels ils sont parties, en fournissant leur consentement ; VIII – les réclamer à ceux qui les détiennent illégalement ; IX – exiger qu’ils leur fournissent l’obéissance, le respect et les services appropriés à leur âge et à leur condition. »

De nombreux parents oublient leurs devoirs , surtout après un divorce ou une séparation et finissent par contracter une nouvelle relation, une nouvelle famille.

C’est pourquoi le point culminant fait en ce moment. Le fils est un enfant, indépendamment de la séparation, du divorce et de l’existence d’une nouvelle famille. Même en cas d’adoption.

Il vaut la peine que l’avocat se souvienne du rôle et la responsabilité du père ou de la mère malgré la séparation, de sorte que la garde partagée ait ses effets.

Il est nécessaire que le parent connaisse et exerce son pouvoir familial de manière équilibrée par rapport à l’autre parent, en cherchant toujours à répondre à l’intérêt supérieur de l’enfant , car chaque parent joue un rôle important dans la formation de l’être humain.

Pour en savoir plus sur le divorce litigieux, rendez-vous sur le portail Aurum.

Quelle est la définition de la garde ?

La garde sera définie en fonction de l’intérêt supérieur de l’enfant ou de l’adolescent.

La volonté des parents aide au moment de la décision, qui peuvent choisir la garde unilatérale et partagée. Cependant, la base du choix est toujours dans l’intérêt supérieur de l’enfant .

Malgré la loi qui stipule que « lorsqu’il n’y a pas d’accord entre la mère et le père concernant la garde de l’enfant, les deux parents peuvent exercer un pouvoir familier, la garde partagée sera appliquée », ce qui fait comprendre que la garde partagée serait une exception, mais en fait, elle est censée être la règle générale.

La garde partagée entre parents séparés doit être interprétée comme une règle, cédant la place lorsque les désaccords des parents vont au-delà de la simple dissidence et peuvent nuire à l’éducation et au développement sain de l’enfant. »

Par conséquent, les parents qui démontrent la capacité d’exercer le pouvoir familialSTJ, agent chez ResP 1688690 /DF, Rel. Antonio Carlos Ferreira. , avec ou sans accord, la garde partagée devraient être appliqués, à condition qu’il soit démontré qu’il s’agit de la meilleure option dans l’intérêt de l’enfant ou de l’adolescent.

Lorsque l’on parle de garde partagée, la recherche d’un environnement harmonieux et équilibré qui développe l’enfant ou l’adolescent est le but recherché. C’est au couple de trouver l’harmonie pour cet environnement.

Comment alors répondre à la équilibre dans la coexistence entre parents, ce qui semble d’abord impossible quand on pense qu’ils vont devoir vivre dans des foyers différents ?

C’est à ce moment que la garde partagée est confondue avec la garde alternée. Cependant, il est possible de trouver un terrain d’entente, mais pour cela, une communication ouverte et saine est nécessaire entre les parents, qui trouvent dans leurs avocats un excellent interlocuteur et médiateur.

Pour en savoir plus sur la médiation, la conciliation et l’arbitrage, cliquez ici sur le portail Aurum.

Il faut préciser que ce qui existera dans la garde partagée, c’est la certitude que l’enfant ou l’adolescent aura deux foyers, deux environnements familiaux, deux familles simultanées, avec un sentiment de protection, de soins et d’affection dans les deux espaces. .

Les parents vont ensemble, même s’ils sont séparés, pour partager leurs efforts pour réussir à créer un être humain.

La garde partagée est-elle obligatoire ?

Y a-t-il une obligation d’opter pour la garde partagée ou est-ce le choix du couple ? Dans un premier temps, la garde partagée est une règle générale lorsqu’il s’agit de définir le gardien . La monoparentalité devrait être l’exception.

Pour les enfants et les adolescents, il est important de disposer d’un double cadre pour leur éducation. Le succès de la garde partagée est lié à l’attitude des parents, qui doivent procéder à des restructurations, des concessions et des ajustements pour répondre à l’intérêt supérieur de l’enfant.

Mais il est également possible que la garde partagée ne soit pas appliquée , avec la possibilité de la garde unilatérale.

Cela se produira dans les cas où l’un des parents déclare expressément qu’il ne veut pas garder la garde de l’enfant (ce qui se produit, en particulier lorsqu’il y a résidence dans une autre ville) ou « lorsqu’il y a un handicap d’un des ascendants pour l’exercice du pouvoir familial, fait qui doit être déclaré, avant ou accessoirement, à l’action en garde, par décision de justice » (STJ, Informative 0595).

Bien qu’il s’agisse de la règle générale, la garde partagée permet une exception.

À quoi ressemble l’autre parent lorsque la garde unilatérale est définie ?

Souvent, le choix de la garde unilatérale est la mesure qui répond le mieux à l’intérêt de l’enfant et à la réalité du couple. Toutefois, ce n’est pas parce qu’il n’y a pas de garde que le parent est dispensé des obligations qui s’y rattachent .

Le parent qui n’a pas la garde a une obligation légale – comme cela est défini au paragraphe 5 de l’art. 1583 du Code civil – de :

Superviser les intérêts des enfants, et pour permettre une telle supervision, tout parent sera toujours une partie légitime pour demander des informations et/ou des responsabilités, objectives ou subjectives, en matière ou situations qui affectent directement ou indirectement la santé physique et psychologique et l’éducation de vos enfants. »

C’est-à-dire que même si vous n’avez pas la garde, vous devez exercer votre pouvoir familial . Il est toujours utile de souligner le rappel prévu à l’article 1 589 du Code civil :

Art. 1 589. Le père ou la mère, dont les enfants ne sont pas gardés, peut leur rendre visite et les avoir en leur compagnie, selon ce qu’ils sont d’accord avec l’autre conjoint, ou est fixé par le juge, ainsi que superviser leur entretien et leur éducation. »

Ce droit s’étend même aux grands-parents , qui ont le droit de participer à la vie de l’enfant et de l’adolescent (paragraphe unique de l’article 1 589 du Code civil).

Il convient de rappeler que créer des difficultés entre l’interaction de l’enfant avec le parent ou les grands-parents, les oncles et autres parents peut constituer une aliénation parentale, dont les conséquences peuvent être graves, voire aboutir à la perte de garde, même si elle est définie comme partagée.

Est-il possible d’équilibrer la garde partagée dans différentes villes ?

Oui, c’est possible.

Le § 3 de l’article 1 583 du Code civil prévoit que « dans le cas de la garde partagée, la ville considérée comme le lieu de résidence des enfants sera celle qui répond le mieux aux intérêts des enfants ».

Mais comment partager la garde si l’un des parents réside dans une autre ville ?

On ne peut nier que la résidence des deux parents dans la même ville facilite à la fois l’option et le traitement de la garde partagée. Toutefois, le fait que les parents résident dans des villes différentes n’exclut pas la possibilité de l’option et du succès de la garde partagée .

effet, dans le cas de la garde partagée, ce qui existe, c’est l’exercice conjoint du pouvoir familial En , comme c’était le cas avant la séparation/le divorce. Il n’y a pas qu’un seul parent en garde partagée fournisseur. Les deux sont des fournisseurs.

Par conséquent, les devoirs du père et de la mère et les périodes de vie commune doivent être bien définis de manière équilibrée afin de répondre à l’intérêt supérieur de l’enfant.

Les parents, qui n’ont pas l’obligation de résider, ont la responsabilité d’équilibrer leur participation d’une autre manière, surtout matérielle et affective.

De la même manière qu’en cas de garde unilatérale, vous devez plus que jamais surveiller les intérêts des enfants, aider à prendre des décisions et, lorsqu’ils sont ensemble, rechercher du temps de qualité avec votre fils/fille.

En suivant le même chemin de la création, la garde partagée sera un succès.

La garde partagée exempte-t-elle la pension alimentaire pour enfants ?

C’est une question courante chez les couples.

L’option de garde partagée n’exempte pas l’obligation de verser une pension alimentaire.

Elle est toujours due et sera toujours due. L’énonciation 607 de la septième journée du droit civil est là pour nous le rappeler .

Ce qui peut arriver, c’est d’adopter une forme différente. Il ne faut pas oublier que les deux parents doivent une pension alimentaire à leur fils/fille.

La pension alimentaire n’est pas seulement de l’argent pour la nourriture. Il englobe tout ce qui est nécessaire pour assurer une vie de qualité à l’enfant/adolescent (logement, eau, électricité, Internet, gaz, nourriture, vêtements, école, activités, médicaments, jouets, etc.).

De plus, la nécessité trinomiale x possibilité x proportionnalité est prise en compte (qui analyse la réalité des parents, qu’ils travaillent ou non).

Exemption de pension alimentaire

Lors d’un procès du TJRS, il a été décidé qu’en cas de garde partagée, il n’y aurait pas de fixation de pension alimentaire.

Dans ce cas, les deux parents travaillent et l’enfant, qui n’a pas de frais extraordinaires en raison de l’âge (2 ans) du point de vue des juges, ils resteront 15 jours par mois au domicile de chacun, payant les frais qu’ils auront avec eux pendant cette période, en payant les frais qu’ils auront avec eux.

Le juge a compris qu’il s’agissait d’un cas d’ « exemption du paiement d’une pension alimentaire ».

Dans le cas ci-dessus, selon la compréhension du juge, ce qui s’est produit est une division égalitaire de l’obligation alimentaire avec alternance de résidence (même pour affirmer qu’il s’agissait d’un gardien unilatéral suppléant) habillé en garde partagée.

Expliquer : l’exemption n’est pas à payer . Et ce n’est pas ce qui s’est produit dans l’hypothèse. La pension alimentaire n’a pas cessé d’exister. Il n’a pris qu’une forme différente de ce qui se passe dans la grande majorité des cas où il y a transfert total de valeurs d’un parent à un autre.

En garde partagée, même s’il y a alternance de résidence, le transfert de valeurs existe toujours .

Division de l’égalité des pensions alimentaires

C’est une idée fausse de penser à une division égale en matière de garde partagée.

Les législateurs ont pris soin de choisir l’équilibre comme forme de réglementation. Équilibre dans la coexistence. Équilibre dans l’allocation du montant de la pension alimentaire (proportionnalité) et sous forme de contribution.

Chaque réalité familiale est unique, ce qui élimine l’application froide des mathématiques comme solution à un cas particulier. Celui qui peut en faire plus contribue davantage. Celui qui peut faire moins contribue à ce qu’il peut.

Alternance de maisons

L’alternance de maisons n’est pas une garde partagée .

Ce qui indique si la garde est partagée ou non, c’est la façon d’agir des parents, l’exercice du pouvoir familial qui doit être exercé par les deux parents, qui définira.

Dans le cas de la garde partagée, on apprécie le rôle de la mère et du rôle du père dans la formation des enfants , sans le résumer comme une source de revenus seulement. On peut dire qu’il est (presque) impossible de parler d’abandon affectif lorsque nous sommes confrontés à une garde partagée.

Dans la grande majorité des cas de garde partagée, la résidence finit par être unique. Souvent, l’un des parents réside dans une autre ville, mais ce qui, comme on l’a vu plus haut, n’empêche pas la garde partagée de réussir.

Si l’enfant passe d’un foyer à l’autre sous la seule responsabilité du parent à ce moment-là, nous serons confrontés à une garde unilatérale alternative et non à la garde partagée. À tel point que, si elle est modifiée, le devoir de pension alimentaire change également.

Le passage de la garde partagée à la garde unilatérale implique la fixation de pour le moins du monde, compte tenu de la possibilité de besoin binomial. »

Néanmoins, il convient de noter qu’il s’agit d’un cas isolé jugé par le TJRS pour s’être présenté comme un cas d’exemption, mais il s’agit d’un précédent. Il n’est donc pas possible de généraliser (et encore moins de vouloir appliquer) l’exemptionTJ-AP – APPEL AL 00001583520168030002 AP (TJ-AP) . Soyez très prudent lorsque vous abordez le sujet.

Ce que l’on perçoit, c’est que de nombreux parents utilisent ce type d’argument pour contourner leur responsabilité envers leurs enfants dans le seul but de joindre leur ex-conjoint ! De plus, des avocats qui acceptent de participer à ce jeu qui viole les droits des enfants et des adolescents.

Si la réalité financière est difficile, il existe d’autres moyens d’ajuster le montant de la pension alimentaire. Un examen de la pension est satisfaisant. Seul le cas analysé minutieusement par le pouvoir judiciaire confirmera la possibilité ou non d’ « exempter » le parent de l’obligation, en soulignant que c’est pour le fils/la fille.

Pour cette raison, la règle générale demeure : le paiement d’une pension alimentaire est obligatoire même s’ils ont opté pour la garde partagée .

Garde partagée, injonction et mesure de protection

Heureux les cas où la séparation ne fait qu’engendrer l’existence de deux maisons, de deux environnements familiaux.

Dans le cas de la garde partagée, deux mots s’additionnent pour que le processus fonctionne : sécurité et responsabilité .

La sécurité de la mère qui donne naissance à l’enfant dans la certitude que le père s’en souciera de manière responsable. La sécurité du père qui donne naissance à l’enfant dans la certitude que la mère s’en souciera de manière responsable.

S’il n’y a pas de somme de ces deux mots dans les antécédents familiaux, il y a de fortes chances que la garde partagée soit un échec.

Ne pas avoir le fils/la fille sous leurs soins exclusifs engendrent une insécurité qui finit souvent par engendrer des conflits entre les conjoints.

Bien que la garde partagée soit le choix le plus idéal, en règle générale, il faut être très prudent et certain que l’environnement dans lequel l’enfant sera présent est sain et sécuritaire.

En outre, pour que cela soit vérifié, le juge peut recourir à des conseils techniques et professionnels ou à une équipe interdisciplinaire comme prévu au paragraphe 3 de l’article 1584 du CC.

Il y a des cas, par exemple, dans lesquels des enfants sont victimes en raison de la non-acceptation de la fin de la relation qui inondent les résultats de la recherche. Cette nouvelle, en plus d’être triste, est inadmissible.

Loin de vouloir se promener sur les actions, mais l’avocat qui travaille en droit de la famille doit comprendre leur participation, surtout dans les cas où le licenciement n’est pas bien accepté par l’une des parties. Ce n’est pas le cas des enfants ils doivent payer pour les choix de leurs parents .

Jusqu’à ce qu’il soit possible d’assurer un environnement sûr à l’enfant, toutes les précautions doivent être prises, le pouvoir judiciaire a l’obligation de les protéger et l’avocat de veiller à ce qu’elles soient respectées.

Il convient de souligner dans le dossier ResP 1707499/DF, par le rapporteur de l’arrêt min RICARDO VILLAS BÔAS CUEVA :

bien qu’il soit entendu que la garde partagée devrait être instituée indépendamment des souhaits ou de l’accord des parents, elle ne devrait pas être imposée lorsque son adoption est susceptible de générer des effets encore plus négatifs sur le conflit déjà établi, de le renforcer et de mettre en danger l’intérêt de l’enfant. »

Les preuves de violence familiale ou même l’existence d’une mesure de précaution mettent en péril l’intérêt de l’enfant et, par conséquent, l’option de la garde partagée devrait être débordée, en optant pour la garde unilatérale. Il ne s’agit pas de L’égoïsme, c’est le respect. Le respect des enfants et des adolescents.

Comme indiqué ci-dessus, la loi 13.058/2014 a apporté d’importantes modifications .

L’un d’eux est celui qui a généré un amendement complet au texte de l’article 1585, modifiant complètement la façon dont le juge agit face à l’existence de certains types de mesures de protection face à l’un des parents.

Art. 1 585. Dans le cadre d’une mesure de précaution en cas de séparation des corps, dans le cadre d’une mesure de précaution de garde ou dans un autre lieu d’injonction de garde, la décision de garde des enfants, même provisoire, sera de préférence rendue après l’audition des deux parties devant le juge, à moins que la protection des intérêts des enfants exige l’octroi d’une injonction sans entendre l’autre partie, en appliquant les dispositions de l’art. 1 584. »

Dans ces situations, tant qu’il n’y aura pas de certitude quant à la sécurité de l’enfant et à l’environnement dans lequel il vit, le plus approprié serait appliquer les dispositions du paragraphe 5 de l’art. 1 584 du Code civil .

Si le juge estime que l’enfant ne doit pas rester sous la garde du père ou de la mère, la personne qui se révèle compatible avec la nature de la mesure, de préférence compte tenu du degré de parenté et des relations d’affinité et d’affection, est accordée à la garde. »

Dans un premier temps, nous pouvons dire que cet article ne s’appliquerait pas aux cas ci-dessus. Elle ne s’appliquerait que dans le cas où aucun des parents n’est en mesure de garder la garde. Cependant, ce n’est pas notre avis.

Aussi « cruel » qu’il puisse être de retirer la garde de l’enfant aux deux parents , dans une situation où il y a un risque pour la vie de l’enfant, modifier la garde et réglementer le droit de visite des deux parents, jusqu’à ce que leur pleine sécurité soit garantie, serait une mesure à envisager.

Ou encore, la détermination de la garde de nidation , celle dans laquelle les parents se retirer de la maison et revenir à des périodes prédéterminées, de sorte que l’enfant ne subit pas de changements dans sa routine, toujours supervisé, est la meilleure hypothèse dans ces cas.

L’enfant ou l’adolescent doit vivre dans un environnement sain pour grandir et se développer sainement, physiquement et émotionnellement.

Dans une relation familiale où il y a violence physique et psychologique, cela ne fera que nuire davantage à la santé de l’enfant, y compris à sa vie. La définition du gardien doit respecter ce bien supérieur.

Aspects procéduraux de la garde partagée

garde partagée peut être définie à tout moment La , que ce soit dans le cadre d’une action autonome ou d’une demande cumulée dans une autre action de nature familiale (ce qui se produit généralement).

Il est important de souligner quelques points :

Compétences

La compétence pour connaître et juger une action en matière de garde peut découler à la fois du jugement de la famille et du jugement du enfance et jeunesse. C’est l’état de l’enfant qui va le déterminer .

En cas de blessure ou de violation des droits de l’enfant en raison d’une faute, d’une action, d’une omission ou d’un abus de parents ou de tuteurs, le tribunal pour enfants et adolescents est compétent. Dans d’autres cas, ce sera le jugement de la famille.

Procédure

La procédure est courante, car pour la garde, il n’y a pas de disposition de procédure spécifique . Il est à noter que, pour ceux qui obtiennent la garde, même s’ils sont troisièmes dans la relation familiale (art. 1584 CC), il est nécessaire de participer au processus.

Le ministère public est obligatoire . Le non-service génère une nullité absolue.

Droit non disponible

La garde est un droit indisponible, même s’il est possible d’effectuer une transaction (accord) concernant l’exercice (très bénéfique lorsque cela se produit).

Donc, dans l’éventualité du désir en cas de non-exercice de la garde, il est nécessaire de renoncer expressément au non-intérêt de l’exercer pour que la garde unilatérale soit appliquée.

Par conséquent, le décret de défaillance, par exemple, dans un processus dans lequel la garde est également débattue avec une demande de garde unilatérale, n’exclut pas l’application de la garde partagée . Précédent : STJ, ResP 1773290/MT, Min. Marco Aurelio Belizze, DJ 21/05/2019.

cas d’une demande impliquant l’intérêt des enfants ou des adolescents, le règlement de la controverse doit toujours respecter le principe de l’intérêt supérieur de l’enfant, introduit dans notre système juridique comme corollaire de la doctrine de la pleine protection, consacrée par l’article 227 de la Constitution fédérale, qui devrait guider la performance du magistrat.

6.1. Dans cette ligne d’interprétation, indépendamment du décret de défaut, la question de la garde des enfants doit être évaluée sur la base des dans les particularités du cas analysé, en observant s’il sera vraiment dans l’intérêt du mineur de réparer la garde dans le partagée. »

Ressources

Les appels appropriés sont des appels, selon la nature de l’acte décisionnel.

Fouille et saisie

Il est possible de gérer les opérations de perquisition et de saisie en cas de non-respect de la loi sur la garde à vue .

À ce sujet, Maria Eliane Pereira mérite d’être mentionnée :

La recherche et l’appréhension des personnes, de par leur nature même, sont couvertes d’une certaine violence. Pour cette raison, il faut faire attention à son utilisation, car, dans la plupart des cas, une réaction agressive se produit de la part de ceux qui seront dépouillés de leur enfant, ce qui peut générer un traumatisme psychologique chez l’enfant. »

Maria Eliane Pereira dans « Aspects généraux de la garde partagée » Inconformité

Dans les cas où cela se produit « la modification non autorisée ou le non-respect immotivé d’une clause de garde unilatérale ou partagée » (§ 4 de l’article 1584 CC), il est possible d’appliquer la réduction des prérogatives attribuées à ceux qui n’ont pas respecté l’accord.

Enfin, il convient de noter qu’une fois que la garde partagée et ses règles sont déterminées dans la sentence, le non-respect, en plus de générer de l’insécurité dans la relation, peut être qualifié d’aliénation parentale , de désobéissance prévue à l’article 98 de la CCE et de non-respect avec une décision de justice (indemnisation et passible d’une peine d’emprisonnement pour application de l’article 330 du Code pénal).

Profitez-en ! Faites plus de 50 000 avocats

et dites adieu à la bureaucratie avec Astrea Je veux rencontrer gratuitement Garde partagée des animaux

Il n’y a pas longtemps, un nouveau débat a eu lieu devant les tribunaux sur la tutelle : la garde animal partagé.

Originaires des États-Unis d’Amérique, les litiges concernant les animaux ne sont plus uniquement liés au domaine de la responsabilité pénale ou civile , frappant aux portes des bâtons de droit de la famille pour discuter de qui reste avec l’animal de famille.

Les « animaux domestiques » – appelés animaux domestiques, compagnons de l’être humain, de la famille – ont commencé à être décoifiés.

Ils ne sont plus de « simples choses », ils sont désormais considérés comme des membres de la famille et, à ce titre, ils rencontrent leurs enfants mineurs au milieu d’un différend entre le couple en cas de séparation ou de divorce.

Ainsi, un nouveau type de famille émerge : la famille multispécifique .

Cas de garde partagée d’animaux

Au Brésil, nous avons trouvé quelques cas sur le sujet.

Le premier a abordé la question comme une question de possession . Comme le cas du chiot « Dully » à Rio de Janeiro, précédent TJRJ, 22e C. Cível, AC 0019757-79.2013.8.19.0208, Rel. Des. Marcelo Lima Buhatem, j. 27/01/2015.

Le débat a évolué pour démontrer la relation émotionnelle existante au-delà de l’intérêt supérieur de l’animal.

Ainsi, le différend a été frappé aux portes de la Cour supérieure de justice pour savoir qui resterait avec Yorkshire Kim. Precedent ResP 1.713.167, par le rapporteur du ministre Luis Felipe Salomão.

À la majorité des voix du 4e groupe du STJ, l’ex-mari a eu le droit de rendre visite au chien qui était resté avec son ex-femme .

Nous soulignons les débats, qui ont imprégné entre le maintien du statut d’une chose inanimée, la possibilité d’un sujet légitime jusqu’à un éventuel troisième genre, à identifier dans chaque cas à travers l’analyse de la protection de l’être humain, et du lien avec l’animal.

Le débat sur le nouveau statut juridique des animaux de compagnie génère encore beaucoup débat sur la définition exacte de ce qu’ils seraient (humanisation des animaux, biens non mobiles en copropriété ou sang-froid), surtout par rapport à un être humain.

Il convient de souligner un extrait de Min. Solomon de l’affaire Kim :

« Les animaux, même avec toute l’affection méritée, continueront d’être non-humains et, par conséquent, ont des exigences différentes des nôtres. »

Rép. 1 713 167 À ce sujet, il y a le projet de loi 1365/15, qui prévoit la garde des animaux de compagnie en cas de dissolution litigieuse de la société et du lien matrimonial entre leurs propriétaires, et prévoit d’autres mesures.

Bien que le projet de loi ne soit pas adopté , le pouvoir judiciaire a répondu de façon satisfaisante et raisonnable aux cas qui lui ont été présentés.

FAQ sur la garde partagée

Comment fonctionne la garde partagée ?

La garde partagée établit l’enfant et l’adolescent en tant que priorité absolue, étant soucieux de la participation et de la contribution des deux parents de manière unanime et équilibrée.

Quels sont les types de gardes ?

En plus de la garde partagée, nous avons également la garde unilatérale, alternative, statutaire et de nidification. Apprenez à connaître chacun d’eux dans cet article !

Conclusion

Comme on l’a vu, la garde partagée est sans aucun doute un outil qui donne de l’efficacité à la personne humaine et à la famille .

En cherchant à éviter la pratique de l’aliénation parentale et l’utilisation d’astuces visant à empêcher les contacts entre parents et enfants comme forme de vengeance personnelle, la garde partagée apparaît comme un outil qui respecte principalement la dignité de la personne humaine des enfants et des adolescents.

Dans ce type de garde, le droit des enfants et des adolescents est prévalu en créant un environnement propice à la participation. parents conjoints, qui jouent un rôle fondamental dans la formation de l’enfant.

L’évolution de la société est telle que les débats sur la garde partagée ne se limitent plus aux enfants, mais aussi aux animaux de famille.

Cependant, pour réussir, il est nécessaire de repenser la coexistence entre les parents , qui doivent se restructurer, mûrir, faire des concessions et des ajustements pour répondre à l’intérêt supérieur de l’enfant.

Enfin, il convient de mentionner celui présenté par Simon Fodden sur le rôle de l’avocat dans les actions impliquant des enfants .

Le rôle de l’avocat de l’enfant est une question très controversée. La difficulté fait partie de l’incertitude susmentionnée selon laquelle les enfants doivent être traités comme des acteurs politiques à part entière. Leur « différence » perçue par rapport à nous – en particulier la vulnérabilité, le manque de pouvoir – se reflète dans le rôle qui leur est attribué dans les litiges. qui les concernent, ce qui est généralement celui des téléspectateurs intéressés, et qui ne participent pas activement : « Laissez les adultes s’en occuper pour vous », c’est le sentiment de ce point de vue, peut-être avec la concession que « vous pouvez regarder, mais ne vous gênez pas. « Les enfants peuvent voir, mais pas être entendus. Dans le même temps, cependant, les questions juridiques concernant les enfants, et en particulier leur garde, sont de plus en plus abordées d’un point de vue « centré sur l’enfant ». Le soupçon est de faire mûrir la connaissance que souvent le déséquilibre des pouvoirs entre adultes et enfants a été utilisé pour satisfaire les besoins des adultes au détriment des enfants ; et, par conséquent, ce sont leurs besoins eux-mêmes qui, idéalement, devraient être satisfaits. La difficulté est que les besoins doivent être identifiés et communiqués aux décideurs ; ils doivent être « construits » par un système. Les adultes sont considérés comme des êtres capables d’identifier leurs propres besoins et, dans le contexte juridique, de rechercher leur satisfaction avec l’aide d’avocats travaillant dans un système accusatoire. Mais ce même système de plaideurs et de parties actives et de leurs avocats ne se prête pas facilement, voire pas du tout, à la construction et à l’exercice des besoins d’enfants qui ne sont pas perçus différemment. »

La vie après une séparation ou un divorce peut et doit être paisibleFODDEN, Simon. Droit de la famille. Essentiels du droit canadien. Ontario, Canada. Editeur Irvin Law, 1999, p.146. .

Cela est nécessaire au bien-être des enfants, de la famille (même la nouvelle, nous avons comme exemple de la famille mosaïque) et de la société. La famille et l’État ont une action commune, en interaction pour la « protection des enfants et des adolescents ».

La garde partagée est donc un excellent outil pour la formation des enfants et de l’adolescent auquel ils auront une participation affective et matérielle, réalisée de manière active et équilibrée par les deux parents.

Plus de connaissances pour vous

Si vous souhaitez continuer à lire, j’ai sélectionné quelques sujets susceptibles de vous intéresser :

  • Insaisissabilité des sites Web juridiques Family Good Family
  • Holding
  •  : le meilleur pour vous de mettre à jour

    la

  • multiparentalité

Le texte vous a plu ? Vous avez des questions concernant la garde partagée ? Partagez-le avec nous dans les commentaires ci-dessous !

L’article vous a plu et vous souhaitez faire évoluer votre droit ? Abonnez-vous gratuitement à Aurum News et recevez une dose hebdomadaire de contenu dans votre e-mail !

✌️

Entrez votre adresse e-mail En vous inscrivant, vous déclarez avoir lu et accepté la politique de confidentialité et de cookies du site. Signe

Partager.