Quel âge faut-il avoir pour devenir une famille d’accueil ?

0

Les familles peuvent « adopter temporairement » des enfants âgés de zéro à six ans pour les empêcher d’aller dans des refuges | Photo : Paulo H Carvalho/Agência Brasília L’inscription est ouverte pour ceux qui souhaitent participer à la famille accueillante. Le service a été créé pour empêcher les enfants de zéro à six ans, qui avaient violé leurs droits lorsqu’ils étaient avec leur famille d’origine, d’être orientés vers des refuges et de perdre la vie de leur famille. Ce sont des enfants qui se trouvent dans une mesure de protection contre le retrait de leur famille. L’action est le fruit d’un partenariat entre le Secrétariat au développement social (siège), le bureau du procureur fédéral, le tribunal de protection de l’enfance et de la jeunesse et le groupe Aconchego, une organisation de la société civile responsable de l’exécution du service dans le district fédéral.

Lire également : Ce qu'il faut savoir sur la vie à Londres

Les parties intéressées doivent s’inscrire ici. La prochaine réunion initiale du cours de formation pour les inscrits, promu par le groupe Aconchego, est prévue pour le mardi prochain (6). Il y a six réunions en ligne de deux heures le mardi de 19h30 à 21h30. Le lien d’accès est envoyé au téléphone cellulaire des familles enregistrées.

« Lors de cette première réunion, nous expliquerons le fonctionnement du service, présenterons la proposition de cours de formation et répondrons aux principales questions », Julia Salvani, coordinatrice technique de la famille accueillante dans le District fédéral Selon elle, pour participer à la famille d’accueil, le représentant du groupe familial doit présenter les conditions suivantes : « Être majeur, ne pas avoir de casier judiciaire, résider dans le District fédéral pendant au moins deux ans, ne pas être inscrit au registre national de l’adoption, présenter une preuve de revenu, ne pas avoir de problèmes de santé mentale ayant une incidence sur les services de garde d’enfants et avoir une disponibilité affective. De plus, tous les membres de la famille doivent accepter de participer au programme », renforce Julia Salvani.

Lire également : Quelle sanction faut-il imposer en cas d'absence injustifiée ?

Le secrétaire de Développement social, Mayara Noronha Rocha, rappelle que les futurs parents accueillants devront fournir un foyer temporaire aux enfants vulnérables, où ils pourront être pris en charge avec affection et sécurité jusqu’à ce qu’ils puissent retourner vivre avec leur famille d’origine.

« Tous les milieux familiaux sont acceptés : les couples hétérosexuels et homoaffectifs peuvent participer, par exemple, avec ou sans enfants et même avec des célibataires. L’important est d’avoir une disponibilité émotionnelle et un réseau de soutien pour prendre soin de l’enfant, sans intention d’adopter. Parce que le but du service est que l’enfant puisse être réintégré dans sa famille d’origine, qui est également accompagnée pendant cette période », souligne le responsable.

Le service garantit aux parents d’accueil une indemnité de frais, payée par le gouvernement du district fédéral, pour couvrir les frais de l’accueil.

Lire aussi

Parents temporaires, amour éternel : rejoignez la famille accueillante

La loi renforce la politique de soins familiaux dans le District fédéral

Live explique la prise en charge temporaire des enfants et des adolescents

Famille accueillante

Après l’inscription, les familles livrent la documentation, subissent un entretien et un cours de formation. Les familles accueillantes sont sélectionnées, formées et accompagnées par le personnel technique du service d’accueil, qui veillera à l’intégrité de l’enfant. Une étude psychosociale est également menée par Groupe Aconchego.

Les étapes évalueront les motivations, la volonté, le désir et les capacités du noyau familial à accueillir. Pendant la durée de la mesure, la famille biologique de l’hôte sera accompagnée de spécialistes qui donneront leur aval au retour de l’enfant dans son foyer d’origine.

Actuellement, 36 familles sont en mesure de donner aux garçons et aux filles de la petite enfance la possibilité de rester dans un noyau familial jusqu’à leur réintégration dans leur famille d’origine.

*Avec des informations du Secrétariat au développement social

Partager.