Bretagne : forte augmentation du nombre de logements en 50 ans

0

Le 30 juin 2021, l’INSEE a publié une étude sur l’évolution du parc de logements au 1er janvier 2018. Cette étude révèle que le parc a connu une très grande croissance de 1968 à 2018, soit en 50 ans. Cette augmentation est encore plus surprenante en Bretagne, où le taux de croissance est bien supérieur à 100 %.

Mieux comprendre la notion de parc de logements

Le terme « parc de logements » s’applique à un ensemble de logements sociaux. En France, le logement social est une habitation principalement destinée à des personnes qui ont des difficultés à s’offrir un logement sur le marché libre. Le parc de logements sociaux est subdivisé en trois catégories : les résidences principales, les résidences secondaires ou occasionnelles et les logements vacants.

A lire en complément : Comment planifier la rénovation de votre maison ?

Le recensement de ces habitations est réalisé par l’INSEE (Institut National de la Statistique et des Études Economiques). En 1968, 880 900 logements avaient été comptabilisés en Bretagne. Les derniers bilans révèlent qu’en 2018, il y avait 1 938 500 logements en Bretagne ; le nombre a plus que doublé.

Cela s’explique par l’augmentation de la population et la diminution du nombre d’habitants par ménage. Dans son étude, l’INSEE rapporte que le nombre de personnes par ménage est passé de 3,2 en 1968 à 2,1 en 2018.

A lire en complément : L’état de l’immobilier Bretagne en 2021

Le nombre de résidences principal double

Dans l’ensemble de la France, les résidences principales ont augmenté de 90 %, de 1968 à 2018. En Bretagne, le taux de croissance est de 104 %. En effet, 754 000 avaient été recensés en 1968 pour 1 535 900 en 2018. L’INSEE souligne que « ce taux correspond à une augmentation annuelle moyenne de 15 600 ».

Cette hausse du nombre de résidences principales au parc de logements pourrait se justifier par une évolution de la demande de logement. Certes, le nombre de résidences principales a augmenté, mais la proportion a diminué pendant qu’on remarque une hausse de celles des autres logements.

L’augmentation des autres types de logements au détriment des résidences principales

Selon l’INSEE, le pourcentage de résidences principales dans l’ensemble des logements diminue au profit de celles des résidences secondaires et des logements vacants. Cette diminution s’observe sur l’ensemble du territoire français, mais aussi en Bretagne. En effet, la proportion de résidences principales dans les logements bretons était de 85,6 % en 1968 alors qu’en 2018, elle est inférieure à 80 %.

L’étude a révélé que la proportion des résidences principales de 100 m2 ou plus a connu une augmentation de près de 10 points en Bretagne de 1999 à 2018. Elle est passée de 28,8 à 38,3 %. Cependant, la proportion des moins de 40 m2 a diminué de près de 3 points pour passer à 7,3 %. Pour les résidences de moins de 100 m2 et plus de 40 m2, la part a diminué de 7 % en 20 ans pour passer à 54,4 %.

Ces diminutions ont provoqué une baisse de la proportion totale des résidences principales. Au même moment, le nombre de résidences secondaires a plus que triplé en Bretagne en 50 ans. D’après l’INSEE, cette hausse se remarque particulièrement sur le littoral où le nombre de résidences secondaires a été multiplié par 3,6.

À l’instar des résidences secondaires, le nombre de logements vacants a plus que triplé également en Bretagne au cours de la période concernée par l’étude. Cependant, la proportion de logements vacants en région bretonne (7,5 %) reste inférieure à celle de l’échelle nationale (8,1 %).

Partager.